Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de L'Héritage de la Trahison par Priad

Publié le Mercredi 7 mars 2018 | 8 révisions avant publication | 1 correction après publication

Thoros, alors qu'il fixait la magus dans les yeux, se demandait ce que cette femme voyait en posant ses yeux sur lui. Un messager des dieux? Un montre? Une révélation? Il s'était défait des voiles obscurs qui avaient dissimulé sa forme pendant son trajet jusqu'ici, et apparaissait maintenant comme il l'avait fait sur Davin: une silhouette aux membres maigrelets, vêtus de robes d'un tissage grossier. Des torques d'or cerclaient son cou et ses poignets; tous travaillés à l'image de serpents aux yeux sertis de gemmes rouges. Cinq de ses prêtres se tenaient derrière lui emmaillotés de robes pâles, leurs bâtons serrés entre leurs doigts écailleux. Leur yeux rouges et fendus observaient le monde sans ciller.

A l'heure où j'écris ces lignes, cela fait maintenant presque 10 ans que la série de l'Hérésie d'Horus a démarré en France. A l'époque personne n'aurait pu imaginer l'ampleur qu'allait prendre cette saga et même s'il fallut quelques années pour la Black Library afin de mettre le tout en marche et varier le contenu au travers de formats comme les novella, les nouvelles, ou bien encore les audio drama, nous français ne pouvions qu'attendre la sortie des romans numérotés, le reste étant écrit dans la langue de Shakespear.

Et bien cette époque est révolue et alors que certains (comme moi) pourront argumenter sur le nombre ridicule de recueils de nouvelles existant dans la série, les autres n'ayant jamais eu la chance de lire ces histoires se feront une joie de pouvoir s'y plonger. En effet là où L'Héritage de la Trahison diffère des recueils précédent et qu'il contient du contenu ayant déjà été préalablement édité sous forme de nouvelles et d'audio. Peu de nouveautés donc pour nos collègues outre-Manche qui auront simplement la chance de reparcourir des histoires déjà connus depuis plusieurs années de leur côté, dans un beau livre broché (encore que la pochette est à mes yeux une des plus ideuses de toute la série).
Cependant, le public français aura enfin l'opportunité de lire tout ce contenu qui vient détailler, teaser, s'ajouter à l'univers des romans. Pour les uns, cela permettra surement d'emboiter certaines pièces du puzzle, tandis que pour les autres, cela pourra aussi créer toujours plus de confusion, comme la série s'étant dans toutes les directions et pas toujours chronologiquement.

Comme l'intégralité de ces nouvelles ont déjà été critiquées individuellement par nos soins, nous vous inviterons à cliquer sur les liens de chaque histoire afin d'en apprendre davantage. Cependant, il est à noter que certains de ces récits furent découvert au travers d'un format audio où l'ambiance et le travail sur le son sont tout aussi importants. De ce fait, certaines de nos observations pourraient ne pas s'appliquer dans le cadre de ce recueil.


La Confrérie de l'Orage (Brotherhood of the Storm) — Chris Wraight

Cette histoire bien dispensable ne fait pas avancer la saga, mais vous attirera chez le Khan de façon discrète et efficace. Une courte mais bonne lecture pour une légion méconnue mais très intéressante.

Serpent - John French

Très courte, cette nouvelle exclusive à ce recueil vous proposera de suivre le culte du Serpent de la lune de Davin durant l'un de leurs étranges rituels. L'ambiance transpirant des pages sera glaçante et écoeurante à la fois.

La Lune du Chasseur (Hunter's Moon, audio drama) — Guy Haley

Hunter's Moon n'est plus tout récent, mais il est très honorable qu'il puisse encore de nos jours apporter quelque chose de différent. Comme quoi il est agréable d'avoir ses attentes bouleversées avec une histoire de pêcheurs. L'Hérésie par contre il faudra franchement oublier.

Veritas Ferrum (audio drama) — David Annandale

Cet Audio a une histoire facile à suivre et dont les personnages vous feront vivre leurs tentions comme leurs idéaux.

Tiraillé (Riven) — John French

Une nouvelle qui vaut son pesant en acier trempé. Dispensable mais excellente. Un délice pour un fan Iron Hand.

Frapper et Disparaître (Strike and Fade, audio drama) — Guy Haley

Une belle petite embuscade à la saveur vengeresse de la part des Salamanders. Et puis admirer ces traîtres se faire écraser fait toujours plaisir.

Honneur aux Morts (Honor to the Dead, audio drama) — Gav Thorpe

Gav Thorpe a bien compris les enjeux d'une telle histoire et nous offre une bonne occasion de retourner sur Calth alors que la bataille est loin d'être terminée et que les titans se battent dans une lutte sans merci. L'usage de plusieurs regards sur la violence du conflit est toujours une réussite, merci Sir Abnett pour l'inspiration.

Les Clous du Boucher (Butcher's Nails, audio drama) — Aaron Demski Bowden

Aaron Dembski-Bowden s'attèle ici à un véritable travail de sape pour son roman consacré aux World Eaters, bien que non indispensable à la lecture de ce dernier, Butcher's Nails apporte un véritable plus pour appréhender pleinement Félon.

Maitre de Guerre (Warmaster, audio drama) — John French

Sympathique pour sa fin mais peu captivant dans l'ensemble. En une si courte lecture, nous ne pouvions nous attendre à mieux.

Kryptos - Graham McNeill

Une nouvelle qui ne fait pas avancer la trame de l’Hérésie mais qui reste suffisamment intéressante et rythmée pour être plaisante. Un bon concentré de science-fiction.

La Griffe du Loup (Wolf's Claw, audio drama) — Chris Wraight

Court mais intense, vous vous devez d'écouter cet audio si vous êtes fan de Bjorn. Pour le reste, aucune surprise n'est à se mettre sous la dent concernant l'Hérésie d'Horus malheureusement mais Chris Wraight a définitivement le talent de faire vivre les Space Wolves grâce à sa plume.

Les Voleurs de Révélations (Thief of Revelations, audio drama) — Graham McNeill

Interlude non dissimulée pour le futur roman The Crimson King, Thief of Revelations nous gratifie d'un excellent travail qui mélange savamment ambiance sonore intelligente et récit captivant. Le point de départ d'un nouveau fluff.

La Parole Divine (The Divine Word) — Gav Thorpe

Avec cette nouvelle Gav Thorpe ne divertit même pas son monde et étouffe son récit sous des interrogations stratégiques qui auraient eu plus de sens si elles avaient été discutées avec Corax en personne. L'idée semblait bonne sur le papier, mais est clairement sous-exploitée ici.

Lucius, la Lame Eternelle (The Eternal Blade, audio drama) — Graham McNeill

Un audio drama très agréable qui, en peu de temps, nous offre un duel très ambiancé, des indices sur les prochaines rencontres et un twist final pour clore le tout.

Le Chemin à Huit Branches (Khârn : The Eightfold Path, audio drama) — Anthony Reynolds

En très peu de temps, le récit lève le voile sur le cap que prend de manière irrémédiable la XIIème Légion personnifiée par l’échec de Khârn. Anthony Reynolds nous propose une histoire sympathique, rien de plus.

Gardien de l'Ordre (Cypher : Guardian of Order, audio drama) — C.W Dunn

Les Dark Angels ont toujours été très secrets et cette courte histoire de Gav Thorpe l’est tout autant. Les fans pourront peut être effleurer ce moment de l’Hérésie d’Horus, se rendant témoin d’un changement opérant sur Caliban, pour ma part j’ai d’avantage l’impression que personne ne percera jamais (clairement) les secrets de la première légion.

Le Coeur du Conqueror (Heart of the Conqueror) — Aaron Dembski Bowden

Heart of the Conqueror est le genre d'initiative que nous voudrions voir plus souvent de la part des auteurs de la Black Library. L'histoire passionne en quelques pages seulement et l'on prend rapidement conscience qu'il est inutile de tirer des coups de bolt pour nous donner envie.

La Marque d'Infamie (Censure, audio drama) — Nick Kyme

Censure est un bon audio drama mais qui n'a malheureusement plus rien à nous offrir après toutes les histoires secondaires sur Calth sorties à ce jour. Dommage car Nick Kyme poursuivait l'histoire de Thiel d'une jolie manière.

Loup Solitaire (Bjorn : Lone Wolf) — Chris Wraight

Cette très courte histoire est parfaite pour vous introduire au personnage de Bjorn, récurrent dans la série de l'Hérésie d'Horus, ainsi que dans les publications de la Black Library en général. Il est certain que nous le retrouverons dans d'autres récits et pour cette raison, cette eshort constitue un morceau, un témoignage de son existence.


Lors de la sortie du tout premier recueil de nouvelles Les Chroniques de l'Hérésie, je me souviens avoir tenté d'imaginer quelles pouvaient être les histoires que je souhaitais lire. La trame de l'Hérésie d'Horus avançait au travers de roman fourmillant de détails et je m'interrogeais sur ce qu'un recueil pouvait possiblement amener à la série.

Malgré la deception de l'époque, je pense simplement que je n'étais pas prêt en tant que lecteur à apprécier les histoires que l'on me contait. Néanmoins je pense qu'un recueil comme l'Héritage de la Trahison m'aurait laissé un goût bien moins amère dans la bouche, l'ouvrage offrant beaucoup de variété et venant combler les fossés entre les romans. Le recueil ajoute aussi beaucoup de contexte à certaines batailles comme Calth, ou encore des personnages comme Bjorn.

Les plus

  • Un pot-pourri offrant variété en terme d'histoire, de style, de ton et de lieu.
  • Le recueil comble beaucoup de fossés et effectue des transitions agréables entre les romans.
  • Des audio enfin portés en nouvelles et traduient cette fois.

Les moins

  • Un pot pourri qui manque donc de consistence comme diront certains.
  • Une impression globale que ces histoires ne participent pas vraiment à faire avancer la trame principale (du contenu dispensable?).
  • Certaines histoires tease vraiment leur lectorat, plus qu'elles ne répondent aux interrogations que nous avons.
4/5
Avec l'Héritage de la Trahison, il y en a pour tous les goûts. Le recueil reste du réchauffé pour le public anglo-saxons mais est absolument inédit pour son audience française. Pour ma part, ayant déjà lu la grande majorité de ces histoires dans leur version originale, le livre porte plutôt bien son nom à mes yeux et semble même cynique. Pour un premier recueil type pot-pourri, j'apprécie l'initiative mais les suivants ne risquent pas d'avoir une si bonne note.